Le réseau des Mille-Pattes de l'Hérault

Explicatif

Historique et fonctionnement de la ligne

vendredi 18 mars 2005

La ligne avec le plus d’enfants fonctionnant sur 3 jours en plus du samedi

La ligne Orange sera depuis le début, celle qui connaît la fréquentation la plus forte le samedi avec plus de 50 enfants. Cet effectif avait donc rapidement conduit à devoir séparer la ligne en 2 groupes :
- une moitié d’enfants situés le plus loin de l’école (2 km, bout du boulevard du couchant)
- une autre moitié d’enfants situés vers le milieu de la ligne (rue des Roseaux) Bien qu’utilisant le même tracé de lignes, ces deux groupes circulent avec quelques minutes de décalage et avec des accompagnateurs différents. Cette adaptation a permis de solutionner le surnombre d’enfants, il a également permis de définir deux systèmes d’accompagnement indépendants et autonomes. Nous préconisons donc de nommer ces deux sections lignes Orange du Couchant (la plus longue) et Orange des Roseaux (la plus proche).

Outre le samedi où la ligne fonctionne « à plein », les deux sections de ligne fonctionnent 3 jours dans la semaine en plus du samedi.
- La ligne Orange du Couchant fonctionne les mardis et vendredis avec un nombre d’enfants variant de 8 à 13. Ce trajet est encadré par 2 accompagnateurs permanents et 5 parents en rotation.
- La ligne Orange des Roseaux fonctionne le jeudi seulement avec projet d’extension à un autre jour dans la semaine. 4 à 6 enfants l’utilisent pour se rendre 4 à Valène et 2 à Grand Rue. Ce trajet est encadré par 2 accompagnateurs permanents et 3 parents en rotation.

Cette ligne passe par l’espace du « calvaire », lotissement traversé par des voies privées. Des barrières limitant l’accès des deux roues motorisés ont été reposées (elles étaient absentes lors de la visite de sécurité) et contraignent très fortement le pédibus, ces barrières interdisent le passage avec une poussette, même légère ainsi qu’avec un cartable sur le dos. Il est donc très expressément demandé à la mairie et au syndic de copropriété de faciliter ce passage. La longueur de la ligne (2 km) rend le poids des cartables assez pénible pour les enfants et l’acquisition d’une carriole devient donc prioritaire, nécessitant également de mieux gérer ce problème de barrière.

La présence des candélabres en plein milieu du trottoir a entraîné un accident (fort heureusement sans gravité), une fillette ayant percuté le lampadaire de plein fouet. Il est donc fortement demandé à la municipalité de mieux gérer le mobilier urbain et de laisser l’espace des trottoirs libre pour la circulation des piétons. Une réflexion sur une charte des aménagements de trottoirs et de la voirie est proposée pour mettre aux normes les voies.

Répondre à cet article


Nous contacter | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette