Le réseau des Mille-Pattes de l'Hérault

Accueil du site > Des pédibus et vélobus, Quesako ? > Le concept des Pédibus et Vélobus > Alors pourquoi n’y a-t-il pas plus de pédibus et vélobus (...)

Alors pourquoi n’y a-t-il pas plus de pédibus et vélobus ?

mardi 1er mars 2005

Des initiatives encore peu répandues : Un besoin d’information ! Peut-on dire que les Pédibus / Vélobus sont des opérations nouvelles ? Pas vraiment, tout le monde allait bien à l’école à pied, il n’y a que quelques décennies. Ce qui est nouveau, c’est le fonctionnement collectif et organisé, qui a été lancé surtout dans les pays nord européens [encore eux, forcément !]. En France, cela fait réellement que 3 à 4 ans, que le système se développe à l’initiative de collectivités publiques qui ont expliqué l’idée, divulgué une méthode, informé des partenaires... Ce sont surtout les régions Ile-de-France, Paca, Rhône-Alpes, Pays de la Loire, Auvergne ou Midi-Pyrénées qui se sont lancées.

Des craintes à se lancer sans forcément tout comprendre : Un besoin d’exemples ! On peut connaître le principe et l’approuver tout en appréhendant à initier cette opération sur sa commune de résidence : « Je comprends l’avantage mais je ne suis pas sûr de savoir le mettre en place... »

Les fiches méthodologiques produites par les premières collectivités impliquées (souvent à une échelle régionale) ont crédibilisé l’idée en la rendant accessible à tous. Un besoin d’échanges se fait sentir avec des personnes qui maîtrisent le processus sur le terrain. Organiser des rencontres entre parents d’élèves est le meilleur moyen de répondre efficacement aux questions. Faire naître des projets exemples permet de faire « tâche d’huile » par la suite. La mobilisation des médias est un élément important dans le processus de diffusion... Il faut organiser cette diffusion d’information, ces échanges...

Les parents d’élèves, les seuls possibles porteurs d’un projet sur le long terme : Le besoin d’un déclic ! Après en avoir entendu parlé et s’y intéresser, reste à passer à l’acte et à lancer le projet dans une nouvelle zone. Nous sommes tous, parents, plus ou moins débordés, pris par de multiples activités. Initier un tel projet nécessite un investissement en temps au démarrage qu’il faut pouvoir assumer. Il est donc nécessaire de trouver un initiateur du projet qui peut être un parent ou parfois un élu d’une commune qui lancera l’idée et mobilisera un groupe de parents intéressés. Une fois les parents mobilisés, les premières phases du projet peuvent se lancer...

Un projet partenarial : Des premières rencontres pour faire émerger un pédibus. Une règle de réussite d’une opération de pédibus est de créer un partenariat solide entre les différents acteurs concernés :

Les associations de parents d’élèves

Les maîtres et maîtresses

Les services techniques, la police...

Les associations (PR...), l’Académie, le CG, l’agglo...

Figure 3 : Les partenaires locaux dans un pédibus / vélobus

Il est évident que les enfants sont au cœur du processus mais que les parents jouent le rôle décisionnel vis-à-vis du mode de déplacement de leurs enfants, au moins jusqu’à la fin de l’école primaire. Certains d’entre eux ont besoin d’être rassurés sur le processus, la sécurité, les responsabilités... Les enfants sont souvent les premiers à vouloir aller à l’école à pied. L’idée de lancement peut venir d’un parent mais également d’un autre acteur (la fédération départementale des associations des parents d’élèves, les maîtres des écoles, un directeur ou une directrice d’école, un élu responsable de l’enseignement, de l’environnement ou du sport...).

Lorsque quelqu’un dans une commune souhaite lancer l’idée... Il est nécessaire d’en parler à tous ces partenaires, soit de façon individuelle, soit au travers d’une réunion collective...

3 Messages de forum

Répondre à cet article


Nous contacter | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette